dessins 32 à 37

Pour un dessin, il faut du papier, un feutre et un fil imaginaire que l’on tire. Une idée surgit lorsque la précédente a été balayée, exécutée jusqu’à son dernier mot, visitée dans ses moindres recoins.

Comme la laine diminue de la pelote tandis que le pull prend forme sous les aiguilles à tricoter, la tête se vide d’une habitude ou réflexe ancien lorsque l’œuvre se réalise. Il faut aller jusqu’à la limite d’une intention pour qu’un nouveau geste s’amorce.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *